17 tagged articles Dramione

Sommaire Dramione 06/02/2014

 
Sur ce sommaire vous trouverez toutes les fictions et One Shoot que j'ai adoré.
Je n'ai écrit aucune des histoires ce trouvant sur ce blog. Il y auras un lien sur chaque article pour dire où j'ai trouvé l'OS ou la fic. 

 OS  de draymioneserpentlionne :

- Attirances physiques? Seulement?
- Bien plus qu'un souvenir...
- Course poursuite
- Jamais deux sans trois!
- La tournée des bisous... ca rend fou!!
- Le jeu dangereux de la séduction
- Le plus beau jour de leur vie
- Pas capable... ♥♥♥
- Le calme avant la tempête (ou "pas capable deuxième" version)
- L'erreur est humaine
- Ne renie pas ton passé!
 
 Os de draco-mione-so-cute :

- Lance le dé... de SourireSmagiqueS
- Lance le dé... de SourireSmagiqueS (suite)
- Le cadeau de Mionaicha
- Love
- Un enfant de toi de Sulfure
 
D'autres blogs de Dramione :

 drago-and-hermy 
 drago-hermione 
 dragolove 
 dragomione 
 DramioneComplicated 
 dramione-fiction60 
 Dray-Mione 
 AnnuaireDramiones-Bazar 
 lovehermydrago
 Noisette-fics-HP
 fiction-harry-potter-ect
 hermione-drago-fic
 drago-hermione
 draco-mione-so-cute
 drago-and-hermy
 dragomione
 DramioneComplicated
 dramione-fiction60
 Dray-Mione
 So-Complicated-DH
 xDra-Mione
 mondefiction
AnnuaireDramiones-Bazar
 Challenge-OS
 HGetDMforever
 hermione-fanfiction
 Meli-Fan-des-Dramione
 Harrypotter-Helenapotter
 Story-Dramione
 lovedrago6
 Lyata
 Dragolove
 Serpenta-Kedavra
 HP-LoonyShine
 oneshot-hp
 hermy-drago-love2
 Xxstupid-malfoyxX
☼ 
☼ 
 

Tags : Sommaires - Articles Pratiques - Dramione - Objectifs Coms

Attirances physiques? Seulement? 11/05/2012


Attirances physiques? Seulement?
 
Trouvé sur ce blog : draymioneserpentlionne
 
« Dit le que tu me méprise Granger... » Fit-il haletant, ruisselant de sueur.
« Je te méprise... » Répondit Hermione, froidement, aussi froidement que la neige mais tout aussi haletante que lui. Il donna encore un coup de rein au creux de ses jambes, plus violent, plus bestial, ce qui fit monter l'adrénaline en elle, elle gémit gardant un visage impassible, pourtant, dieu sais ce qu'elle prenait plaisir ! Mais elle ne lui montrerait pas, non ! Comment en était-elle arrivée la ? Nue sur le bureau de la salle commune, couchant avec Malfoy pour la deuxième fois de la nuit ? Elle n'en savait rien elle-même, tout avait démarré d'une dispute, et de fil en aiguille, un duel s'en était suivit, puis, laissant tomber baguette et compagnie, ils s'étaient arraché leurs vêtement, et avaient commencé sur la carpette de la salle commune, puis, il l'avait porté, et l'avait posée sur le bureau, recommençant, pour la deuxième fois ! Et ca ne serai sûrement pas la dernière quand on peut sentir l'excitation, de leurs deux corps unis, en ébullition. 
Unis, oui, mais pas dans l'amour, non, aucun sentiment, juste de 'la baise' si on voudrait parler vulgairement. Rien de doux, ni attentionné, tout n'était que sauvagerie, morsure, griffure, autant de lui, que d'elle. Et le pire dans tout ca, c'est qu'ils prenaient leurs pieds ! Ce n'était pas son premier amant, mais une chose sure, même si elle ne lui avouerait pas, il était le meilleur coup qu'elle ait jamais eu ! Et pour lui c'était pareil ! Et pour la deuxième fois de la nuit, il se déversât en elle, se retenant d'hurler. Ils étaient toujours l'un face à l'autre, essayant de reprendre rythme normal de leur respiration. Elle essaya de se dégager, sachant très bien qu'ils n'en avaient pas finit, quand on regardait le bas du ventre de Drago, on pouvait s'apercevoir qu'il reprenait vite du poil de la bête ! (Lol)

« Tss tss tss, j'en ai pas fini avec toi Granger » s'exclama-t-il en la saisissant par le bras. Elle lui lança un regard qui se voulait noir, mais elle brûlait d'envie. « Et ne me regarde pas comme ca, tu m'excite ! » murmura-t-il en la dévisageant. Elle voulait le faire languir, et pourtant, elle savait très bien, que c'était lui le maître du jeux ici, mais elle voulait essayer.
« Ah bon ? Je croyais pourtant. Tu sais Malfoy, j'avais entendu dire partout dans l'école que tu étais le meilleur coup, mais ce que moi je peux constater ce soir, c'est que tu n'es pas si bon que ca en fin de compte ! » S'exclama-t-elle ironiquement pour le provoquer, et ca marcha.
« Ne me provoque pas Granger ! » fit-il en attrapant les cheveux de la jeune fille de sa main, pour tirer sa tête en arrière. 
« Sinon quoi ? » le défia-t-elle a nouveau.
« Je pourrais faire des choses... » Murmura-t-il, toujours en tenant ses cheveux, passant sa langue sur la peau sucrée de son cou, tout en la caressant de sa main libre, elle soupira de plaisir.
Puis, elle ricana.
« Arrête de rire Granger, ici, c'est moi qui mène la danse, tu vas perdre à ce petit jeu... » Fit-il en la regardant droit dans les yeux, tout en entrant lentement en elle. Elle soutint son regard, et une vague de plaisir la parcourut, mais il avait reprit les rênes, il jouait avec elle, il s'était retiré, et refit plusieurs fois ce stratagème, ce qui la fit devenir folle, il sourit, en coin, comme à son habitude. N'en pouvant plus, elle descendit de la table, et se jeta sur lui, ils terminèrent dans le canapé, repartit pour une troisième fois. Ils le firent, 5 fois de suite dans la salle commune, essayant les moindres recoins, toujours aussi bestialement et sauvagement, et sans jamais s'embrasser ! Ils finirent par s'écrouler au beau milieu de la pièce, nus comme des vers, étendus sur le dos, la respiration haletante, devant le feu qui crépitait encore. Heureusement que le lendemain était samedi, car il était 5 heure du matin ! Ils s'endormirent ainsi, l'un a coté de l'autre, sans aucune marque d'affection. 

Hermione se réveilla 2 heures plus tard, il dormait toujours à ses cotés. Merlin que ce garçon avait une bouille d'ange ! Elle soupira, puis, réalisa ce qu'elle venait de faire. Elle se mordit la lèvre. Mais elle ne regretterait pas, même si elle avait mal partout ! En effet, elle eu beaucoup de mal a se lever, et surtout a tenir debout ! C'est que la nuit avait été plus qu'agitée ! Elle mit une couverture sur son amant d'un soir, afin de ne pas le réveiller, et partit se doucher. Elle ne vit pas le temps passer, déjà une heure qu'elle était dans la douche, mais ca lui faisait tellement du bien ! Drago, quand a lui, se réveilla sur le tapis, ne sachant pas très bien, ces pensées, se remirent en place petit a petit, et la nuit torride qu'il venait de passer, lui revint en tête. Il sourit, mais son sourire s'évanouit vite en repensant avec qui il l'avait fait ! Il ne prêta pas attention, et entra dans la salle de bain, pour découvrir une Hermione enroulée dans une serviette de bain, les cheveux mouillés. Elle ne fut pas gênée de le voir entrer, et ne s'en formalisa pas. Sans un mot, elle alla a l'évier, afin de se brosser les dents, et terminer sa toilette. Il voulut passer a coté d'elle afin de prendre sa douche, et voulu l'ignorer, mais quelque chose attira son regard sur ses épaules. Elles étaient bleues ! De partout, de morsures, et le peu de son dos que laissait dévoilée sa serviette, témoignait de la violence de leurs ébats, quand on sait, qu'il l'a sauvagement prise contre le mur, et ce dos, montrait les frottements du mur sur sa peau. Elle paraissait avoir du mal à marcher aussi. Elle sortit de la salle de bain, le laissant perdu dans ses pensées. Durant la nuit, toutes raisons l'avaient abandonnées, aussi, il n'avait pas fait attention, mais en la voyant aujourd'hui, redevenir, la frêle jeune fille qu'elle était, il eu un pincement au c½ur, il n'aimait pas les enfants de moldus, certes, mais de la a lui faire du mal, jamais ! ca n'était pas dans son intention. Il prit rapidement sa douche, perdu dans ses pensées. Lorsqu'il eu finit, il alla en direction de la chambre de son homologue féminin, et frappa, chose qu'il ne faisait jamais.
« Entre » entendit-il. Il entrât doucement, elle était couchée dans son lit, il pouvait voir son visage.
« Granger, je... » Commença-t-il confus.
« Non ! Je l'ai voulu aussi, c'est moi qui ai commencé, je t'ai provoqué, et pour tout te dire, j'espérais que tu réagisses comme ca, tu n'as pas à t'en vouloir... » Fit-elle d'une petite voix douce, ce qui perturbât énormément le jeune homme. Il ne s'inquiétait jamais de l'état de ses conquêtes, bien sur elles étaient toute consentantes, il ne se serait jamais permit ! Il ne s'appelait pas Lucius ! Mais alors qu'avec elle, s'était différent, pourquoi ? Pourquoi il regrettait de l'avoir fait ? Avec elle ? Pourquoi, il avait envie de recommencer, de la prendre dans ses bras ? Il s'assit sur le bord du lit, elle se redressa un peu. Elle avait une petite chemise de nuit blanche, a fine bretelle, il pouvait voire les marques.
« ca te fait mal ? » demanda-t-il. 
« Un peu » répondit-elle.
« Je suis désolé, je ne voulais pas te faire du mal, j'étais tellement... » Il ne put finir sa phrase.
« Je sais, moi aussi. Je ne voulais pas le dire, mais je dois avouer que tu es un sacré coup ! » S'exclama-t-elle un peu gênée.
« C'est sur que t as du découvrir de nouvelle choses hier, je me trompe ? » fit-il.
« Oui tu te trompe... » Dit-elle tristement. Ce qui refroidit quelque peu le jeune homme.
« A vrai dire, tout ce que nous avons fait hier, j'ai déjà connu tout ca. Pas aussi fort qu'avec toi bien sur, mais je connais tout ca. » Fit-elle.
« Oh... » Fit-il un peu déçut.
« Il n'y a qu'une seule chose qu'aucun garçons ne m'as jamais faite. » continua-t-elle. Tandis qu'il la faisait se retourner, afin de soigner ses blessures dans le dos et sur les épaules, avec sa baguette. Une fois fini, elle se remit face à lui, elle n'avait plus mal. 
« Merci... » Murmura-t-elle.
« Quelle est cette chose que tu n'as jamais faites ? » lui demanda-t-il. « Peut-être serais-je à la hauteur ? » fit-il histoire de la détendre un peu. Elle sourit tristement.
« Non, je pense que tu ne serais pas capable de me donner cette chose... » Elle détourna le regard. « Personne, aucuns garçons ne m'as jamais fait l'amour... » Dit-elle la voix nouée de sanglots qui menaçaient de sortir. Cette phrase laissa un immense silence. Cette si simple phrase, dite de sa bouche, avec une telle tristesse dans la voix, le toucha en plein c½ur ! Pourquoi ? Pourquoi il ressentait ca ? Ce n'était que physique cette nuit ! Vraiment ? Il ne savait plus rien. Puis, petit à petit, une idée s'insinuait dans son esprit, il tentait de la repousser, mais il devait faire face, il tombait amoureux. Mais était ce vraiment un sentiment nouveau ? Il n'en savait rien, une chose est sure, si ils devaient recommencer, il ne le ferai plus de la même manière, aussi excitant soit-il non, il avait soudain envie de la protéger. Elle qui lui avait toujours tenu tête, elle qui n'avait jamais fuit devant lui, elle qui lui avait toujours répondu, et dit sa façon de penser en pleine figure, disant tout haut ce que les autres pensaient tout bas, elle qui en ce moment, laissait échapper des larmes, qui avait baissé sa garde, elle, la vrai Hermione Granger ! Il en était sur maintenant, il avait des sentiments pour elle ! Puis il se souvint, la nuit dernière... ils ne s'étaient même pas embrasser. Après un silence interminable, il lui prit délicatement le menton, afin de tourner sa tête pour qu'elle le regarde, il put voire ses yeux mouillés de larmes.
« Si, j'en suis capable... » Murmura-t-il en posant tendrement ses lèvres contre les siennes, pour un baiser doux, et chaste... la jeune fille, se sentit fondre de bonheur, et lui caressa les cheveux, descendant dans son dos, puis, ses mains, tremblantes, revinrent vers son torse. Il n'avait qu'un jean sur lui, et était donc torse nu. Il la coucha délicatement sous lui, afin de parsemer son corps de baiser tendre et affectueux, avant de reprendre possession de sa bouche. 

Ils découvraient pour la première fois, la douceur des gestes tendres, les mots doux au creux de l'oreille, les gémissements de plaisir, non retenu cette fois. Bien plus de contact physique, et pas que la simple pénétration. Non, un baiser par ci par la, les mains qui s'entrelacent, et les coups de reins tantôt vite tantôt lents, mais sans aucune violence ni sauvagerie... Merlin que c'était agréable ! Aucun d'eux n'avait jamais fait « l'amour » à vrai dire... et ils le découvraient ensemble. Lorsqu'il se sentit venir, elle vint aussi, et ils jouirent a l'unisson, criant chacun le prénom de l'autre, si agréable a entendre dans la bouche de l'autre. Ils retombèrent gracieusement, et contrairement à la nuit passée, elle se blottit dans ses bras, et ils s'endormirent l'un contre l'autre... quand ils se réveillèrent, ils se sourirent mutuellement. Il la regardait sous un autre angle. Comment avait-il put être aveugle à ce point ? Comment ne pas aimer une bouille aussi irrésistible ? 
« Drago est ce que... »
« Est ce qu'on sort ensemble ? » termina-t-il.
« Oui. » fit-elle une toute petite voix.
« A toi de voir, en ce qui me concerne, ce que je viens de vivre la, n'a rien avoir avec les autres ! Et j'ai bien envie de recommencer tout au long de ma vie... » Avoua-t-il.
« Dans ce cas, si tu me laisse faire partie de ta vie, je serais heureuse de pourvoir te donner bien plus encore... » Fit-elle en un sourire franc. Il l'attira a lui, et l'embrassa.

Ainsi commença leur histoire... il renia tout pour elle, amis, famille, et destin de mangemort. Elle, le fit accepter dans son cercle, et en fin de compte, Drago n'avait pas perdu grand-chose en se rendant compte de ce qu'est l'amitié a proprement parler ! Il avait tout gagner, et au contraire rien perdu ! A l'heure qu'il est, deux ans ont passé depuis cette fameuse nuit, et il se tient devant l'autel, attendant sa bien aimée, qui arrive au bras de son père, le ventre bien arrondi par 7 mois de grossesse. Aujourd'hui, il est heureux, et elle aussi, et ils vont s'unir, pour le meilleur et pour le pire, mais surtout le meilleur !!
 
Mon avis :
Une histoire très hot au début puis mignonnette sur la fin mais sans plus.

Tags : Dramione

Bien plus qu'un souvenir... 25/08/2013


Bien plus qu'un souvenir...
 
Trouvé sur ce blog : draymioneserpentlionne
 
Le parc de Poudlard est ravagé ! Tout n'est que ruine ! Beaucoup ont péri, mais Voldemort n'est plus ! Les mangemort ne sont plus ! On a gagné, victoire ! Je regarde autour de moi, et vois avec bonheur, Ginny a terre, Harry dans ses bras, et ils s'embrassent. Ils vont enfin pouvoir vivre leurs amours ! Quand a Ron, il n'en mène pas large ! Portant Lavande dans ses bras, il l'embrasse également. Je sourie, et savoure la victoire. Je ne le vois pas, il s'approche de moi doucement. Quand enfin je le remarque, il me sourie heureux, le visage rayonnant ! Et contre toute attente, il m'embrasse ! Celui qui a failli tuer le directeur ! Celui qui a été traqué ! Celui qui s'est rallié a notre cause ! Celui qui s'est repenti ! Celui qui fait maintenant partie de l'ordre et qui est désormais notre ami a vie ! Oui, Drago Malfoy m'embrasse ! Je me sens légère, comme un plume ! Lorsque l'on se sépare, je sourie, et il me sourie à son tour.
« Tu es une fille extra Hermione, ne l'oublie jamais ! Tu vas me manquer... » Me dit-il, avant de disparaître en Transplannant. Je n'oublierais jamais ce jour la. Le jour ou je suis tombée amoureuse... ou peut être était ce avant... je n'en sais rien. Quoi qu'il en soit, il avait utilisé mon prénom pour la première fois ! Et rien que ca, ca vaut de l'or ! 

Ouch ! Et merde ! Je suis tellement perdue dans mes pensées, que je n'ai pas remarqué la personne en blouse blanche, tout comme moi qui arrive dans ma direction. Et oui, 2 ans après cet été la ou le monde magique a retrouvé la paix, je suis devenue médicomage a Ste mangouste ! Pas mal pour un début non ? Le jeune homme m'aide à me relever.
« Pardon, je ne vous avait pas vu. » fit-je sans le regarder.
« Granger !? » me dit-il. Je relève vivement la tête à l'entente de mon nom de famille. Cette intonation ! Je l'ai entendue des milliers de fois ! Mais mon espoir s'envole bien vite, je m'aperçois, que devant moi se tient un jeune homme qui doit avoir mon age, les cheveux noir, les yeux oscillants entre le vert et le bleu. Turquoise ! Voila, il a les yeux turquoise ! Un sourire magnifique ! Je le regard et l'interroge du regard.
« C'est écrit sur votre veste. » me dit-il. Je descends mon regard vers ma plaque. En effet, « médicomage Granger » est inscrit sur ma plaque. Je relève les yeux et sourit. Sur sa plaque a lui est inscrit, « médicomage Bloom ».
« Vous êtes nouveau ? » je lui demande alors.
« Oui ! Enchanté ! Drake Bloom » me dit-il en me tendant la main. Que je m'empresse de serrer.
« Suivez moi » lui dis-je. En chemin, nous discutons un peu... cet homme me rappelle beaucoup le beau Serpentard blond, mais ce n'est pas lui, hélas... il m'intrigue, et pas qu'un peu...

« Hermione ! Vite, c'est grave on a besoin de toi aux urgences ! » Me dit Drake en déboulant a mon service comme une furie. 
« J'arrive tout de suite ! » lui répondit-je.
Cela fait maintenant 5 mois que Drake travail ici, avec moi. Il est très compétent, et le directeur de l'hôpital est très content de notre travail d'équipe ! Il a du charme, du caractère aussi ! Impulsif, comme lui... et voila que je me remet a penser a lui. Je soupire, il ne me sortira pas de la tête ! Qu'elle n'est pas ma surprise en arrivant aux urgences, tout est calme, je suis de garde avec Drake cette nuit, il y a une urgence, et pourtant, il fait noir... étrange. Lorsque finalement j'arrive dans le hall d'accueil, la lumière se rallume subitement, et la, oh comble, tout une foule me crie :
« SURPRISE !! » mes collègues, Harry, Ginny avec leur petite Lola d'un an et demi, Ron et Lavande avec leur jumelles de quelques moi, et Drake ! La famille Weasley au complet aussi ! Comment ai-je put oublier ? Aujourd'hui, j'ai 21 ans ! Drake s'avance vers moi tout sourire, c'est lui qui a manigancer ca ! Je le serre dans mes bras, puis tour a tour, les autres viennent m'étreindre. On m'annonce que la soirée est a moi, le directeur a donnée son accord, je serais remplacée.
C'est avec joie que je bavarde avec un peu tout le monde, je danse, je ris, je bois ! Pfiou ! Je n'ai jamais supporté l'alcool, il faut que je sorte m'aérer un peu, je m'éclipse par l'ascenseur, et monte sur le toit de l'hôpital. Je faisait déjà ca à Poudlard, je montais a la tour d'astronomie. C'est d'ailleurs la que j'avais eu ma première discussion civilisée avec lui. Et voila ! Encore, et toujours mes pensées vers lui ! Je soupire d'exaspération !
« Ou es tu Drago... » Murmurais-je.

« Dis donc, tu vas prendre froid, ne compte pas trop sur la bonté du directeur... » Fit une voix derrière moi.
« Bonsoir, merci pour cette soirée Drake, je suis contente ! » fis je a mon tour. Il vint se poster à coté de moi, s'appuyant lui aussi pour admirer la vue de Londres dans toute sa splendeur.
« Dit moi, pourquoi tu m'a regardé si étrangement lors de notre première rencontre ? » me demande-t-il soudainement.
« Tu me rappelais un vieil ami. » répondis-je tout simplement.
« Oh... » Fait-il le regard dans le vide.
« Oui... » Je voulais me confier, après tout, Drake et moi avions noué des liens très fort depuis son arrivée... « Un vieil ami qui me manque beaucoup si tu veux tout savoir... » Dis-je alors. Il me regarde, étrangement.
« Vraiment ? » me demande-t-il.
« Oui. Depuis qu'il est parti, je me suis rendue compte de mes sentiments à son égard. Malheureusement, il est bien trop tard, il ne reviendra pas, si ca se trouve il a trouvé une femme, et a fondé une famille, si c'est le cas, alors tant mieux, il le mérite... » Continuai-je avec tristesse.
« Mais tu préférerais qu'il fonde cette famille avec toi... » Me fit Drake, des étoiles plein les yeux, je ne comprends pas... pas encore...
« Oui, mais a quoi bon ? Il est parti ! J'aurais du lui dire avant... lui dire tout ce que je ressentais, il serai peut-être resté. Non mais quel idiote ! » Fis-je en me tapant le front.
« Ne sois pas si dure envers toi-même » me dit-il en me prenant le bras délicatement 
« Si ! Tout est ma faute ! Il m'a embrassé ! Tout était en ruine à Poudlard, et comme pour savourer cette victoire, il m'a embrassé ! Et puis, il est parti, me laissant ce doux souvenir... j'aimerais tant que ce ne soit plus un souvenir...je suis amoureuse Drake, et je m'en mordrait les doigts toutes ma vie ! » Fis-je en laissant échapper quelques larmes. Drake me relève délicatement la tête, car oui, j'ai la tête baissée. Il plonge sont regard turquoise dans le mien, et sourit. Ce sourire... non, impossible... je ne m'y ferais jamais ! Il lui ressemble vraiment trop à mon goût !
« Aujourd'hui c'est ton jour Mione... » Me dit-il. « Et j'ai un cadeau pour toi, et crois moi, tu ne t'en mangera pas les doigts toute ta vie... » Me murmure-t-il avant de poser ses lèvres sur les miennes. Surprise, je ne bouge pas. Je veux le repousser, mais lorsque j'ai ressenti cette décharge dans tout mon corps, cette chaleur intense m'envahir, mon c½ur faire le cent mètre du battement le plus rapide du monde, j'abandonne toute raison, et me laisse aller a répondre au baiser de Drake. C'est comme avec lui ! J'ai fermé les yeux, savourant chaque instant, mais comment est ce possible ? Quand je rouvre les yeux, ce n'est pas deux yeux turquoise que je rencontre, mais deux yeux bleu gris. Ce n'est pas une chevelure noire que je caresse, mais blonde. Je pleure de bonheur 
« Drago... » Dis-je dans un souffle. Je l'ai reconnu à la minute même ou ses lèvres sont entrées en contact avec les miennes. Je le serre dans mes bras aussi fort que je le peux. Il se confond en excuses.
« pardon Hermione, j'ai eu peur, peur que tu ne partage pas mes sentiments, peur d'être rejeté, mais tu me manquais, alors j'ai trouvé ce stratagème pour être prêt de toi, et la, tu m'avoue tes sentiments, je suis désolé, je n'aurais jamais du partir... » Je l'interrompt en posant mon doigts sur sa bouche si fine, et délicieuse, il se tait, et me regarde.
« C'est pas grave... tu es la maintenant... » Dis je avant de l'embrasser de nouveau. Je suis heureuse ! Qui l'eu crut ? Drago Malfoy, métamorphomage ! On redescend mains, dans la mains, personnes ne parait surprit de voire Drago Malfoy et non Drake Bloom. Je hausse les épaules, et on danse, jusqu'au bout de la nuit !

Aujourd'hui, je me remémore ce souvenir devant la glace, le jour ou j'ai retrouvé ma raison de vivre. Moi Hermione Granger bientôt Malfoy, je suis amoureuse, et plus heureuse que jamais. Je vais me marier à l'homme que j'aime, et nous attendons un heureux évènement. On va pouvoir enfin vivre notre vie, tranquille, et remplie de joie !
 
Mon Avis :
Une jolie petite histoire toute mignonne 

Tags : Dramione - Objectifs Coms

Course poursuite 18/04/2012


Course poursuite
 
Trouvé sur ce blog : draymioneserpentlionne
 
Tout est calme dans les rues de Berlin... sur la grand place, des passants, des touristes, une multitude de pigeons qui ne devraient pas tarder a immigrer, sachant que nous sommes fin septembre, et que donc, l'hiver approche. Dans une des petites rue, vous savez, ces rues très étroites ou il y a à peine place pour s'y déplacer ? Et bien, une de ces rues, il y a un chat, un chat qui semble bien intéressé par les poubelles du restaurant^^ il y fouille, et y trouve un butin bien succulent, lorsque le calme est brusquement interrompu. Une petite voiture de marque Peugeot 206 vient de débouler en trombe dans la rue, roulant a toute allure ! bien trop vite si vous voulez mon avis ! Cette même voiture, est poursuivie, par une autre voiture, BM apparemment. Les deux voitures finissent par arriver sur la place, faisant s'envoler les pigeons, roulant à une vitesse folle essayant d'échapper à la BM, la Peugeot pousse les gaz !

« F FFF FFF FREINE FREINE GRANGER !!! » un jeune homme, environ la vingtaine, blond, les yeux d'un bleu/gris éblouissant, se cramponne a tout ce que peut saisir ses mains et a une mine horrifiée !!
« Oh je t'en prie, arrête de geindre ! » répondit la conductrice, une jeune fille brune aux cheveux bouclés.
« MAIS T'AS VU COMMENT TU ROULE ! ET... OH NON DE DIEUX, CAMION !! GRANGER !! »
Hermione donna un violent coup de volant, pour éviter le camion qui venait dans leur direction.
« Et puis tout ça c'est ta faute ! » s'exclama-t-elle.
« Ma faute ? MA FAUTE ? » Vociféra Drago.
« Bien sur que oui ! »
« Mais je n'ai rien fait ! »
« Oh nooonnn » ironisa Hermione, tandis qu'elle tournait au frein a main dans une rue, toujours poursuivie par la BM. « Tu sais, on est en mission d'espionnage pour le ministère, et je ne pense pas que mettre la main aux fesses de la fille du chef du gang moldu le plus dangereux de Berlin, fut une idée judicieuse » railla Hermione.
« Mais c'était trois fois rien ! » fit-il.
« Oui et bien va leur expliquer, si ça te chante, mais moi, je m'enfui ! » répondit-elle en appuyant sur la pédale de gaz.

« Et puis pourquoi il a fallut que tu vole cette voiture ? On pouvait très bien transplanner ! » S'exclama le beau blond.
« Oh oui, je suis sur que le chef des aurors aurait apprécier qu'on se dévoile de telle façon, devant une cinquantaine de Moldus ! » ironisa-t-elle.
« N'empêche, elle avait de très belles fesses ! » fit-il. 
« Tu ne changeras donc jamais ! » fit-elle en levant les yeux au ciel.
« Jalouse ? » fit-il en lavant un sourcil.
« Pff » répondit-elle.
« Voyons, tu sais bien qu'il n'y a que toi mon chou » dit-il la voix séductrice, un sourire narquois accroché au visage. Elle ne releva pas, et ralenti l'allure, elle les avaient semés.
« Bon, on va s'arrêter, on pourra transplanner a la planque, ici personne ne nous verra. » dit-elle.

« Enfin rentré ! J'ai failli attendre » sourit Harry.
« Oui et bien, tu diras a ton ami, que nous sommes en mission, et non en voyeurisme ! » fit Hermione avec mauvaise humeur.
« Ne fait pas attention, elle est jalouse » sourit Drago.
« Je ne suis pas jalouse ! » protesta-t-elle.
« Mais oui, et ce que j'ai entendu cette nuit c'était dans mes rêves ? » demanda une autre jeune fille, à la chevelure rousse.
« Quoi ??!! » s'étrangla Hermione. 
« Je dit ? » fit Ginny un sourcil levé.
« NON ! » fit Hermione rouge pivoine. En effet, elle était bien sur amoureuse de Drago, et cette nuit, elle avait rêvé de lui, et apparemment, elle avait parlé dans son sommeil. Cela faisait trois ans qu'ils travaillaient ensemble tout les quatre en tant qu'auror, et Harry et Ginny eux, avait sauté le pas et sortaient ensemble depuis deux ans maintenant, mais Hermione avait toujours eu du mal avec les garçons, et était très timide. Le soir...

« Je peux entrer ? »
« Drago, tu es déjà entré » fit Hermione qui était dans sa chambre.
« Alors comme ça tu rêve de moi ? » demanda-t-il en s'asseyant a ses cotés.
« Mais non ! » fit-elle en rougissant.
« Je suis pas stupide Hermione... qu'est ce qu'on faisait dans ton rêve dit moi ? » fit-il. Elle rougit encore plus fort.
« Je... je préfère pas en parler » dit-elle, il éclata de rire.
« C'est pas drôle ! Qu'est ce qui te fait rire ? » Pesta-t-elle. Il redevint un peu plus sérieux.
« Tu es belle quand tu rougis. Non, en fait, tu es belle tout court... » Murmura-t-il en la regardant dans les yeux. Elle était tellement subjuguée, qu'elle ne répondit même pas. Puis il approcha sa tête, de plus en plus prêt, jusqu'à goûter a ses lèvres, doucement, n'insistant pas trop, attendant la permission, permission qui ne tarda pas a venir cela dit lorsqu'elle enroula ses bras autour de son cou, l'attirant a elle couchée sur le lit, pour un baiser qui en disait long sur leurs sentiments respectifs.
« Si c'est ça que tu attendais, j'aurais dû m'y prendre depuis bien longtemps » sourit-il. Elle sourit à son tour.
« Alors rattrapons le temps perdu » chuchota-t-elle. Et la lumière s'éteignit, la porte se verrouilla. Cette nuit la, Ginny ne dormi pas dans son lit, et du dormir avec Harry, ce qui n'était pour déplaire ni a l'un, ni a l'autre. Cette nuit là, Hermione su que sa vie allait changer, qu'elle ne serait plus jamais la même...
 
Mon avis :
Une histoire très drôle et trop chou

Tags : Dramione - Objectifs Coms

Jamais deux sans trois! 06/05/2012


Jamais deux sans trois !
 
Trouvé sur ce blog : draymioneserpentlionne

Dans un immense manoir une après midi de juillet des enfants jouent dans le jardin de la demeure familiale. Aujourd'hui, c'est dimanche, jour de dîner en famille. Comme tout les dimanche, les jumeaux sont venus avec leurs maris et femmes, et leurs magnifiques enfants. Les jumeaux ont eu respectivement deux enfants, un garçon et une fille a chaque fois ! Une femme encore très belle pour ses presque 50 ans sort dans le jardin, elle a préparé des rafraîchissement pour tout le monde. C'est qu'il fait terriblement chaud aujourd'hui ! 
« Venez boire et vous rafraîchir mes petits ça vous feras du bien ! » crie-t-elle. Aussitôt une horde d'enfants assoiffés et trempés arrive et s'attroupe autour de la cruche a limonade. « Non j'étais là avant ! » 
« du calme, du calme... Esteban, n'embête pas ta petit s½ur tu veux ! » S'exclame la femme. « Mais Mamy ! C'est elle qui a commencé ! » Alors que la mamy s'apprête a répliquer, son autre petite fille la coupe. 
« Dis mamy, comment vous vous êtes rencontrés avec Papy ? » la femme sourit et s'assit sur une chaise de jardin. 
« Votre papy et moi les enfants, c'est une longue histoire... en fait on se connais depuis que l'on a 11 ans, c'est dire ! Mais après l'école et l'affreuse guerre contre le méchant Sorcier, nos vies avaient pris des chemins différents » commença-t-elle. 
« Vrai ? Et vous faisiez quoi ? » 
« Comment vous êtes vous revus ? » 
« Vous vous êtes marié vite ? » La femme sourit. 
« Doucement, doucement, une question à la fois... » S'amusa-t-elle. « Et bien, pour vous dire mes chers petits, la guerre m'avait tellement fais du mal que j'avais décidé de ne plus faire de magie » elle entendit des hoquets de surprise. « Hé oui... au début, je ne voulais plus entendre parler de baguette et tout ce qui va avec ! J'ai donc emménagé dans un petit appartement londonien du coté moldu, j'avais tout abandonné pour une vie simple qui me convenait parfaitement à l'époque... je travaillais comme femme de ménage moldue » « Comme une elfe de maison ! » s'exclama Esteban. La femme éclata de rire. « Oui, un peu comme ça » derrière elle, elle n'avait pas remarqué l'homme la cinquantaine également qui l'observait et l'écoutait attentivement, un petit sourire accroché au visage. Quatre personnes le rejoignirent. Les jumeaux et leurs époux respectifs. « Maman raconte votre histoire ? » demanda Elza. 
« Tu sais comment elle est quand elle la raconte, c'est magique ! » répondit Eros son frère jumeaux. Tous restèrent donc à écouter la mamy parler et se laissèrent transporter avec elle dans le tourbillon de ses souvenirs... 

Nous nous sommes donc revus, un an après notre dernière année, par le plus grand des hasards qu'il soit ! Je vivais une vie tranquille et posée, je n'avais plus aucun contact avec le monde magique, et cela m'allait très bien comme ça ! Pourtant, un jour, alors que je me rendais au domicile d'une dame âgée chez qui je faisais le ménage, tout bascula... c'est le cas de le dire ! fit-elle remarquer avant d'entamer son récit, ce qui arracha un rire au public derrière elle, car eux ils savaient comment cela c'était passé, et comprenaient l'allusion.

« Bonjour Mme Wilson ! Comment va ce matin ? »
« Oh bonjour Hermione ! Ma foi, je vais comme le temps, donc bien »
 madame Wilson était une très gentille femme. Elle avait un certain âge, mais je m'entendais très bien avec elle.
« Oui d'ailleurs en parlant de temps, il fait vraiment très beau aujourd'hui ! Je vais profiter de ce magnifique temps pour faire vos carreaux, qu'en dites vous ? »
« J'en dis que c'est une excellente idée, qu'est ce que je ferais sans vous Hermione »
« Oh je vous en prie mme Wilson, ne me vouvoyez pas, je vous l'ai déjà dit plusieurs fois »
« J'essayerais de m'y faire »
 avait-elle sourit. Elle vagua à ses occupations, pendant que moi je préparais tout le matériel nécessaire. Je ne sais pas pourquoi j'avais eu cette idée là ce jour là ! Pourtant, je déteste le vide et j'ai le vertige et Mme Wilson habitait au premier étage de son immeuble. Je prenais alors mon courage a deux mains, et me lançait dans le lavage des vitres. J'en étais à la dernière quand c'est arrivé.

« Quoi mamy ? Qu'est ce qui est arrivé ? » 
« Je vais le dire attend » sourit Hermione.

Je m'efforçais de ne pas regarder en bas, même si le premier étage n'était pas bien haut, ça restait quand même du vide ! Évidemment, il n'y avait pas d'échelle, et pour faire le dessus des carreaux à l'extérieur, j'étais obligée de monter sur le rebord de la fenêtre. J'avais presque finit, j'allais enfin pouvoir descendre, mais le destin en a voulut autrement... Mme Wilson avait un chat.

« Comme Pattenrond ? »
« oui, comme Pattenrond »

Et ce chat n'aimait pas particulièrement les oiseaux, et il y en avait un juste sur le rebords de la fenêtre, je ne l'avais pas vu et le chat a sauté sur mes jambes en me griffant, ça m'a tellement surprise, que j'ai perdu l'équilibre et j'ai basculé dans le vide. 

« Oooh ! Et qu'est ce qu'il c'est passé mamy ? »

« AAAHHH, oh, humfff » alors que je croyais que j'allais toucher le sol, il en fut tout autre...
« Et bien mademoiselle, je sauve beaucoup de vies en général, mais jamais encore il ne m'était arrivée pareil mésaventure ! » j'étais par bonheur tombée dans les bras de quelqu'un. « Mademoiselle ? Vous allez bien ? Vous avez mal quelque part ? »
« Non, non, j'ai juste eu très peur, je vous... »
 Je me retournât, toujours dans les bras de l'inconnu et me figea en le reconnaissant, d'ailleurs il n'en menait pas large. « ... remercie... » Dis-je en rougissant très fortement.
« Ça pour une surprise ! » m'a-t-il dit en souriant d'ailleurs. Il me reposa a terre, me soutenant un moment, juste au cas où.
« Bonjour Drago » 

« Oh !! C'était lui ? C'était papy ? » S'extasia Coralie.
« Oui ma chérie, c'était ton papy » répondit Hermione.
« Et vous étiez amis ? Maman m'a toujours dis que vous ne vous appréciez pas au début ?! » Fit remarquer Esteban d'un ½il perplexe.
« Et c'était vrai, ta maman a raison, mais nous sommes devenus amis lors de notre dernière année à Poudlard... ton papy et moi étions préfets en chef et on est devenu amis au fil du temps, mais ça n'avait jamais été plus loin que là... il m'a sauvé la vie lors de la bataille décisive, et ensuite après, je suis partie comme je suis en train de vous l'expliquer et donc, je ne l'avais plus revu, mais nous étions amis, oui » raconta Hermione.
« Ah, et alors, ensuite ? » demanda Chloé.

« Bonjour Hermione » on ne savait pas trop quoi dire en fait.
« Waouw, ça fait un bail »
« En effet, qu'est ce que tu faisais là haut ? »
« Oh c'est une histoire dingue de chat et d'oiseaux, et toi qu'est ce que tu deviens ? Tu sauves des vies dis tu ? J'imagine que tu es médicomage... »
« Non, tu n'y est pas du tout, je suis pompier »
« Oh... alors tu ? »
« Je n'ai pas totalement abandonné le monde sorcier, mais je prends du recul, et quand je me sentirais prêt, j'y retournerais mais pour l'instant, je suis mon instinct, et toi ? Raconte, que deviens tu ? »
« Oh, et bien je suis femme de ménage, j'étais... en train de faire les carreaux »
 dis-je en rougissant. Il avait sourit.
« Et bien, je ne pensais pas que le métier de femme de ménage pouvait être aussi dangereux que d'éteindre un feu ! » Je me souviens avoir ris à cette réplique.
« Hermione ?! Hermione tout vas bien ? » Je relevais la tête, pour voir la pauvre madame Wilson a sa fenêtre, toute paniquée.
« Tout vas bien madame Wilson ! Je suis là ! » « Bon et bien, je suis contente de t'avoir revu ça m'as fait très plaisir Drago. Et encore merci ! Il faut que j'y aille »
« Je t'offre un verre pour le déjeuner ? »
 se risqua-t-il.
« Oui, pourquoi pas »
« 13 heure au café de la place, ça te va ? »
« C'est parfait ! »
« A tout à l'heure alors »
 je me souviens être remontée le sourire bien étiré sur le visage. Je ne savais pas pourquoi, mais j'étais euphorique, et je ne savais pas que ce petit évènement de chute allait déclencher autant de bouleversements dans ma vie... je me suis donc rendue sur le rendez vous à l'heure prévue. Je m'étais changée, j'avais pris mon sac et un peu d'argent et j'étais partie. Nous sommes restés bien deux heures dans ce pub assis, à parler de l'année qui venait de s'écouler. Il m'avait raconté avec passion comment il avait fait l'école du feu, il adorait son métier mais était nostalgique de la magie, tout comme moi, même si je ne le voulais pas l'avouer... je lui avait moi aussi parlé de ma vie... lorsque nous nous sommes quittés ce jour là, je ne voulais plus partir, je me sentais bien, et j'étais contente de le retrouver. Néanmoins, nous nous sommes échangés nos numéros de téléphone et nous étions promis de nous revoir bientôt, je ne pensais pas que ce serait si vite !

En effet, le lendemain était mon jour de congé, c'est donc dans mon appartement du 5ème étage que je faisais le ménage, mais votre mamy fait toujours le ménage en musique... j'allumais donc la radio et commençais a prendre les poussières, balayer... la musique était assourdissante, mais les voisins me connaissaient, et ça ne durais jamais bien longtemps... j'avais ouvert les carreaux, et la porte d'entrée était ouverte, je m'apprêtais a nettoyer par terre, je terminait de brosser, mais il y avait une musique entraînante a la radio, et je chantais, oh oui, je chantais tout en balayant et je me suis laissée transporter, heureusement personne ne me voyait. J'entamais alors le dernier couplet de la chanson et je me servais de mon balai comme micro.
Les enfants pouffèrent, tandis que les adultes derrière elle n'en menaient pas large.

« These little town blues, are melting away 
I'll make a brand new start of it 
In old New York 
If I can make it there, I'll make it anywhere 
It's up to you, New York... New York New York!!! »
 J'étais au milieu du grand vestibule, presque par terre, mon balai dans les mains, juste devant la porte d'entrée. Des applaudissements retentirent, et je me retournais très surprise de découvrir papy sur le pas de la porte. Je vous raconte pas l'allure... j'étais à l'aise, un haut a fines brides, et un pantalon très large, mes cheveux attachés négligemment, pieds nus ! Et lui était là, sur le pas de ma porte, je ne l'avais pas vu dans mon délire, j'aurais aimé être une petite souris à ce moment là, pour partir me cacher, je me sentais vraiment ridicule.
« Oh ! Je... tu... » Bredouillais-je minablement. « Que fais tu là ? » demandais-je le plus naturellement essayant de garder un minimum de dignité. Il sourit. Grand dieu, si il y a bien un chose a laquelle je me sentais fondre, c'était bien son sourire ! D'ailleurs il l'a vite compris et l'a mis très vite a profit !
Drago sourit à cette réplique.

« Tu as oublié ton sac hier au pub et je... j'ai essayé de t'appeler, mais ça ne répondais pas, alors excuse moi mais j'ai regardé dans ton porte feuille pour ton adresse, je suis venus te le rapporter » avait-il dit.
« Oh... merci, je suis tête en l'air ! »
« Ça à l'air très joli chez toi »
« Oui, enfin, c'est petit, mais ça me convient, je peux t'offrir un café ? »
« Volontiers »
 alors il est entré, et on a discuté. Lorsqu'il est repartit ce jour là, je n'avais plus le courage de faire quoi que ce soit !

« Et alors ? » s'impatienta Chloé
« Oui mamy, qu'est ce qui c'est passé ? » renchérit Bastien.

Et bien, environ une semaine est passée. Nous ne nous sommes plus vus, ni croisés. C'était un vendredi, dernier jour de la semaine avant le week-end et donc du repos pour moi. Ce jour là, je travaillais dans une gentille famille, les personnes travaillaient toutes les deux ; et j'avais la clé. C'était une luxueuse maison, j'adorait travailler pour eux. Alors que je m'apprêtais a repartir, je vit leur chat coincé dans l'arbre, le pauvre il était si jeune, il avait l'air complètement perdu et apeuré, il n'arrêtais pas de miauler. Alors je suis retournée dans le garage prendre l'échelle et sauver le pauvre chat. J'y suis arrivée bien sur.
« Allons, n'ai pas peur... viens minou » je l'ai prit dans mes bras bizarrement il se laissât facilement prendre. « Et voila... tu n'as plus rien a craindre maintenant » je souris.
« Hermione ? » j'entendis. Je sursautai tellement fort que l'échelle qui avait déjà un équilibre précaire vacilla dangereusement. Le chaton paniqué sauta de mes bras et je perdis à nouveau équilibre.
« AAAHHH »
« Dis donc c'est une habitude chez toi de tomber dans les bras des hommes ? »
 sourit Drago alors qu'il m'avait encore rattrapée.
« Seulement les hommes charmants » je dis « oh, je veux dire... enfin... » Il sourit.
« Je commence à croire que tu le fais exprès miss Granger ! »
« Oh mais non ! Mais tu vois... il y avait ce pauvre chat et... »
« Encore un chat ! »
 S'exclama-t-il. Je rougis fortement, alors qu'il me tenait toujours dans ses bras, il me sourit.
« En tout cas, ce que je sais moi c'est que ça vaut un dîner » je le regardais étrangement. « Quoi ? C'est équitable ! Je te sauve la vie deux fois, et moi je t'invite a dîner » répéta-t-il. Je fis mine de réfléchir avant de sourire moi aussi.
« Tu as raison, c'est équitable... »
« Parfait ! Disons, demain a 19h00 ? »
« Va pour demain »
 je répondis. « Est ce que tu peux me poser par terre, sans quoi je ne saurais pas aller me chercher une robe qui me rendrait potable » je dis. Il ne s'en était pas rendu compte.
« Oh mais bien sur ! Et puis tu sais entre nous, tu n'as pas vraiment besoin d'une jolie robe, elle ne fera qu'embellir ton charme et ta beauté naturelle » me murmura-t-il à l'oreille avant de repartir a son camion de pompier me laissant au milieu du trottoir euphorique comme jamais.

Les deux filles soupirèrent d'extase, tandis que leurs frères levaient les yeux au ciel.
« Et alors mamy ? Ce dîner ? » Demanda Coralie impatiente de savoir la suite.

Oh tout c'est très bien passé. Il est passé me prendre comme convenu à 19h00. J'avais revêtu une belle robe rouge et j'avais attaché mes cheveux, j'adorais cette coiffure. Alors que je descendais les marches du perron de mon immeuble, il était là une rose à la main.
« Tu es sublime » me souffla-t-il. Je souris et rougis en même temps.
« On y va ? » je demanda pour le sortir de sa torpeur. Je me souviens m'être retenue à grande peine d'éclater de rire devant son air rêveur. J'ai passé la plus merveilleuse des soirées. Il m'a emmenée dans un sublime restaurant Grecque. Après le repas qui était vraiment délicieux, nous sommes allé boire un dernier verre et il m'a raccompagné chez moi. Devant l'immeuble.
« Drago... cette soirée était vraiment très réussie, je me suis bien amusée, merci beaucoup »
« Merci à toi... je suis content que cela t'ai plu »
 me confia-t-il.
« Oh oui beaucoup... Bon et bien... il est tard, je vais rentrer »
« Oui »
« à bientôt »
 je me retournât pour rentrer, je montais les marches lorsqu'il me rappela.
« Hermione ? » Intriguée je me retournât.
« Ta fleur » me dit-il « tu as oublié » il me la tendait. Je souris et m'apprêta a redescendre, et évidemment...

« Tu trébucha ! » Dirent les 4 enfants en ch½ur faisant rire Drago et les parents ainsi qu'Hermione.
« Oui »

« Oh attention » il se précipita en avant pour me réceptionner, encore. Je regardais son torse.
« Décidément » murmura-t-il. Je relevât la tête, regardant ses yeux, puis ses lèvres, puis ses yeux... 
« Jamais deux sans trois » murmurais-je avant qu'il ne pose ses lèvres sur les miennes. Lorsqu'on se sépara, on se sourit. Il passa la rose dans mes cheveux pour être sur que je ne l'oublie pas, et me ré embrassa doucement.
« Bonne nuit » murmura-t-il.
« Bonne nuit »

« Comme c'est romantique » soupira Chloé.
« Et voilà, tout à commencé comme ça. Trois mois plus tard nous nous marions, et deux mois après j'attendais des jumeaux, vos parents » sourit Hermione.
« Et vous êtes revenus dans le monde magique alors ? » Demanda Bastien.
« Oui, en effet. Nous avons fait la paix avec la magie et nous avons acheté ce splendide manoir. Votre papy c'est reconverti. De pompier, il est passé au ministère de la magie pour travailler dans le département des accidents de la magie et moi également au ministère dans le département de la défense des causes des créatures magiques » termina Hermione.
« Tu ne peux pas nous expliquer le mariage ? » Demanda Coralie.
« Un autre jour ma chérie, car maintenant, il est temps de manger ! J'ai une faim de loup ! » S'exclama Hermione rieuse. Drago ainsi que ses enfants et leurs époux virent là le signal que l'histoire était terminée et ils arrivèrent aux tables de jardins avec les plats. Drago se penchât à l'oreille d'Hermione.
« Tu as été génial » susurra-t-il, elle sourit. « Et je t'aime toujours comme au premier jour » poursuivit-il. Elle sourit et il entoura son cou de ses bras lui posant un baiser sur l'épaule.
« Regarde les... »
« C'est notre famille sourit Drago et je suis fier de mes enfants » fit-il. Elle tourna son regard vers lui, et put lire tout l'amour qu'il avait pour elle.
Que dieu bénisse le jour où je suis tombée de cette fenêtre » sourit-elle avant de l'embrasser tendrement.

FIN
 
Mon Avis :
Une histoire adorable qui m'a fait sourire du début à la fin :)

Tags : Dramione - Objectifs Coms